Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Hoebi

Tout d'abord, afin qu'il n'y ai aucuns lapsus, voici le site où j'ai récupéré les informations nécessaires aux statistiques:  http://www.woodfortrees.org/plot/nsidc-seaice-n/from:1900/plot/nsidc-seaice-s/from:1900

Objectif? Posséder de véritables chiffres fiables sur l'état des glaces à la fois au pôle nord ET au pôle sud! Si réchauffement anthropique il y a, la glace doit fondre à la fois au nord comme au sud... On ne parle pas de "changement" mais bien de "réchauffement". La distinction ici est plus qu'importante!

Dès lors, j'ai récupéré l'intégralité "possible" des données pour les transférer sur excel et les étudier en profondeur. Ceci donnant lieu, actuellement, à ce tableau:

Oui, il y a beaucoup à dire pour une seule image...

Pour commencer, notez ces cycles particulièrement constant! La glace fond régulièrement entre mars et septembre de n'année suivante pour l'hémisphère nord. Là où au sud, cette constante est décalée d'un tout petit mois et inversée. La glace fond cette fois en février pour revenir à la normale en septembre...

Réchauffement ou pas?

L'hémisphère nord fond rapidement! Ceci n'étant pas vraiment un secret me direz-vous... Mais on notera que cette fonte semble se tasser depuis 2013! Loin du rythme malgré tout des années 80 où 1996 fût d'ailleurs l'année où la fonte fut la moins marquée...

Mais si je me contente de cela, je jouerai alors le jeu des médias et du GIEC. Vous me connaissez assez pour comprendre que mon but est totalement opposé... En 2012, on remarque une fonte particulièrement agressive, voir, catastrophique! Mais dès 2013, lors du cycle suivant (34), la glace fût presque entièrement reconstituée! Cette tendance semble continuer bien que la récupération ne soit que peu supérieure...

J'ai déjà été surpris de cette découverte mais je fût encore plus étonné de remarquer l'ensemble constatant un élément particulièrement interpellant: La glace dans les années 80 et 90 ne fondait pas si rapidement, oui, MAIS, elle n'était pas récupérée non plus aussi rapidement! En d'autre terme, il ne faisait pas aussi chaud en été mais pas non plus aussi froid! La quantité de précipitations nécessaire était aussi moins importante... Tout s'est chamboulé depuis 40 ans, en 2007! La glace s'est mis à fondre énormément MAIS aussi à être récupérée en plus grande quantité! En d'autre termes, des étés certes plus chauds mais aussi des hivers plus froid!

Et si on parlait maintenant de hémisphère sud? Quel fût ma surprise que de constater un léger, oui, mais refroidissement de l'antarctique! Depuis 2015, celle-ci fond davantage mais loin d'atteindre des montants catastrophiques...

En comparant les 2, on constate aussi un autre schéma qu'il sera bon d'analyser d'ici quelques années. A savoir que quand l'hémisphère nord perdait de sa quantité minimale de glace, l'inverse au sud se produisait. Le sud reprenant une quantité minimale plus importante. Depuis quelques années, l'effet semble s'inverser. Si cela venait à se confirmer, le climat pourrait alors basculer mais je me contenterai là, d'une simple supposition...

Voici maintenant une représentation des glaces à leur maximum et minimum dans l'hémisphère nord et sud (par cycle voir tableau). On remarque dès lors que le pôle sud après s'être "restauré", nous fait une petite crise de réchauffement. A l'inverse, le violent réchauffement du nord semble se tasser pour les minima et bien moins perceptible pour les maxima... On notera pour terminer cette variation bien plus importante depuis le cycle 27, donc 2006...

Je clôturerai ceci par une petite capture rapide (via le site source) des températures du nord et du sud (couleurs inversées!)

On remarque rapidement (plus flagrant si on remonte plus loin) le décalage entre le nord et le sud qui, selon moi, annoncerait un événement particulier, un refroidissement ou un basculement. Le Nord s'affolant alors que le sud reste stable... Oui, vous ne rêvez pas, le sud suit le mouvement du nord mais pas son intensité! La théorie d'un refroidissement du pôle nord avec un ralentissement des courants océaniques est donc plus que crédible... Quand à l'influence de l'homme? Si tel était réellement le cas, le réchauffement serait aussi abrupte au nord... ET au sud! Les gaz à effet de serre ne vont pas rester au dessus de vos têtes juste pour faire plaisir au GIEC... Mais si ceux-ci varie avec la fonte et la récupération des glaces (donc pas l'homme...), cela explique pourquoi le nord se réchauffe plus vite que le sud et, ce sera ma conclusion, c'est totalement naturel... 

Commenter cet article